• Peur

      

      

    La peur retient, l'amour chérit.

      La peur empoigne, l'amour lâche-prise.

      La peur laisse de la rancoeur, l'amour soulage.

     La peur attaque, l'amour répare.

      

     Neale Donald Walsch

     

  • L'intention paradoxale est fondée sur le double fait que la peur provoque l'effet qu'on appréhende et que l'hyper attention empêche la réalisation du désir.


     En voici un exemple ;

    Un jeune médecin me consulta parce qu'il éprouvait une crainte constante de trop transpirer.Or, l'anxiété qu'il éprouvait rien qu'à y penser suffisait à le faire transpirer d'abondance.


    Afin de briser ce cercle vicieux, je lui conseillai, à chaque nouvelle essai, de décider de montrer sa capacité anormale à ceux qui l'entouraient.

    A la suite de notre entretien, chaque fois qu'il rencontrait une personne susceptible de déclencher en lui une angoisse d'anticipation, il se disait : " je n'ai sué qu'un litre d'eau jusqu'à présent, mais maintenant, je vais en suer au moins dix !".


    Résultat :ayant souffert de sa phobie pendant 4 ans, il put, après une seule consultation s'en libérer de façon permanente en moins d'une semaine.


    Cette technique consiste à renverser l'attitude du patient en transformant sa peur en un désir paradoxale. Ce type de procédé fait appel à la faculté typiquement humaine qu'est le détachement face à soi-même inhérent au sens de l'humour.

    Victor Frankl


    votre commentaire
  • Jeu

      

    Trois idées juste pour s'amuser.
    Vous souvenez-vous d'un temps, quand vous aviez quatre ou cinq ans, où vous observiez tous les insectes pendant des heures avec une curiosité innoncente?


    Idée numéro 1:

    L'anxiété est un insecte très intéressant.


    Idée numéro 2:

    Pouvez-vous vous souvenir de la première fois où vous avez eu peur et vous êtes jugé(e) négativement ? Pouvez-vous imitez la voix que vous aviez à cet âge ?

     La prochaine fois que vous avez peur et vous jugez négativement, décrivez votre expérience avec la voix de cet(te) enfant. Que feriez-vous si il ou elle était là près de vous et prononçait ces paroles? Faites ce que vous feriez.

     Idée numéro 3:


    La prochaine fois que vous ressentez votre peur, prenez quelques instants pour observer la totalité de votre expérience puis regardez si vous pouvez la reproduire exactement, comme une personne qui produirait une sculpture psychologique.

    Puis, placez la peur que vous avez créé dans tous les endroits où vous observiez votre peur - c'est la même identique, sauf que vous l'avez créée.

    Observez tout ce que vous apercevez. Amusez-vous à explorer.

     

    Steven C. Hayes

      


    votre commentaire

  • Même si votre confiance permet à l'autre de vous tromper, cela vaut mieux que de ne pas faire confiance.


    C'est très facile de faire confiance quand tout le monde est aimant et que personne ne vous trompé. Mais même si tout le monde tente de vous tromper - et vous ne pouvez être trompé que quand vous faites confiance - même là, continuez à faire confiance.


    Ne perdez jamais confiance en la confiance, quel qu'en soit le prix, et vous ne serez jamais perdant, parce qu'en elle-même, la confiance est la fin ultime. Elle ne devrait pas être un moyen, elle a sa propre valeur intrinsèque.
    Si vous pouvez faire confiance, vous restez ouvert.


    Les gens se ferment pour que personne ne les trompe ou ne profite d'eux.
    Laissez-les profiter de vous !


    Souvenez-vous toujours que vous ne devez devenir méfiant à aucun prix.

    Si pourtant vous continuez à faire confiance, une belle floraison surviendra, car il n'y aura pas de peur.

    La peur, c'est que les gens vous trompent mais une fois que vous acceptez cela, il n'y a plus de peur, plus de barrière à votre ouverture. La peur est plus dangereuse que tout le mal que quelqu'un peut vous faire. Cette peur peut empoisonner toute votre vie.


    Aussi restez ouvert, faites confiance innocemment, inconditionnellement.
    Vous fleurirez et vous aiderez les autres à fleurir lorsqu'ils prendront conscience qu'ils ne vous ont nullement trompé, mais qu'ils se sont trompés eux-mêmes. Vous ne pouvez pas tromper une personne éternellement si elle continue à vous faire confiance.
    Cette confiance même vous ramènera sans cesse à vous-même.


    Osho


    votre commentaire
  •  

    Le vide

     

    "... L'acceptation d'une croyance n'est-elle pas un couvercle mis sur cette

    peur, sur cette peur de n'être rien du tout, d'être vide ? Et pourtant un

    récipient n'est utilisable que lorsqu'il est vide et un esprit qui est rempli de

    croyances, de dogmes, d'affirmations, de citations est en vérité un esprit

    stérile, une machine à répétition."

      

    Krishnamurti

      

      


    votre commentaire
  •   

    La seule chose qui nous maintient en esclavage est la croyance, non mise en question, que quelque chose de fondamental nous manque. Donc, par ignorance de notre état naturel, nous nous attachons aux gens et aux choses, convaincus que grâce à ces liens nous trouverons le bonheur et la satisfaction.

      

    Mais cela ne marche jamais ainsi. Car là où il y a attachement, il y a peur de perdre. Et là où il y a la peur, il ne peut jamais y avoir de véritable bonheur ou de satisfaction profonde. C'est la révélation de l'Éveil elle-même qui nous montre tout ceci directement — la vérité pérenne que le véritable bonheur et la seule satisfaction durable sont en nous-mêmes en tant que notre Vrai Soi, notre état naturel, déjà plein et intègre tel qu'il est.

      

    Mais dans ce monde d'obscurantisme, nous sommes tous profondément conditionnés à croire que le bonheur et la satisfaction se trouvent quelque part en dehors de nous-mêmes. Quand nous voulons véritablement être libres, nous renonçons à cette façon de penser. Nous la laissons tomber parce que nous avons eu des aperçus du bonheur profond qui est déjà présent au fond de notre conscience, un contentement continu qui ne sera nôtre que lorsque nous aurons enfin cessé de chercher à l’extérieur de nous-mêmes.

     

     

    Andrew Cohen  

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     Chaque pensée, parole ou action humaine est fondée sur l'une ou l'autre émotion. Tu n'as aucun choix à cet égard, car il n'y a pas d'autre choix. Mais tu es libre de choisir entre les deux."

     Ce que vous craignez le plus, c'est ce qui vous affligera le plus. La peur va l'attirer vers vous comme un aimant. Toutes vos saintes Écritures (de toutes les religions et traditions que vous avez créées) renferment un avertissement clair : n'ayez pas peur. Crois-tu que ce soit par accident?

     Les Lois sont très simples : L'émotion est la force qui attire. Ce que tu crains fortement, tu en feras l'expérience.

     

     Neale Donald Walsch. "Conversations avec Dieu." Tome 1.

     


    votre commentaire
  •  

      

    Tant que vous avez peur de quelqu’un ou de quelque chose, le bonheur est exclu. Tant que vous avez peur de vos parents, de l’échec aux examens, peur de ne pas progresser, de ne pas être plus proche du maître, plus près de la vérité, peur du désaveu, du manque de sollicitude - le bonheur est exclu.

    Mais si vous n’avez vraiment peur de rien, alors vous découvrirez un beau matin au réveil, ou au cours d’une promenade solitaire, que soudain quelque chose d’étrange se produit : sans qu’on l’ai cherché, ni sollicité, ni appelé de ses vœux, ce qu’on peut appeler l’amour, la vérité, le bonheur est là soudain.

      

    Krishnamurti

     


    votre commentaire