• Amour Céleste

     

    Amour Céleste

    Aujourd'hui, trop de femmes ne cherchent plus l'amour mais un homme dans leur vie.

    Aimer fait peur, c'est une expérience qui envahit tout l'être, le bouleverse, le déborde et le dépouille. Comme le disait Thérèse d'Avila : “L'amour est dur et inflexible comme l'enfer”...

    Ainsi, Marie Madeleine croit absolument et aime absolument. Il n'y a pas ici de demi-mesure. Elle aime Jésus jusqu'au bout, même lorsqu'il est bafoué, trahi, agonisant et défiguré sur la croix. Elle est fidèle à cet amour, follement fidèle. Comme elle, j'ai le sens de l'amour total, donné une fois pour toutes. Si l'amour vient du cœur, s'il est mieux qu'un sentiment, un engouement et un désir physique, il dure par-delà le conflit, la séparation, le trépas. Aimer est une grâce et une gravité.

    Mais prendre le risque de l'amour, ce “beau risque”, comme le disait Socrate à propos du mythe, agrée aux cœurs libres.

    Une femme, tout particulièrement, devrait inviter à cette aventure chevaleresque et à cette passion qu'est l'amour. Quand on considère le code de le Fin Amor (“parfait amour”) des XIIe siècle, quand on lit les poèmes et les romans courtois du XIIe et XIIIe siècles ainsi que les récits mystique des Fidèles d'Amour persans, c'est toujours la Dame - une femme “sage et belle”, autant dire éveillée - qui inspire et oriente chevaliers et troubadours dans leur quête.

    La Dame est la manifestation d'un amour infini, céleste, elle en est aussi la médiatrice.

    Toute femme devrait être consciente de ce rôle souverain.

    De nos jours, on a tendance à oublier que l'amour humain est d'abord une union mystique des âmes et des esprits. Ensuite seulement, et comme de surcroît, l'union des corps peut s'accomplir, tels un cantique et une prière.

    En s'affairant uniquement dans le sexuel, notre époque a tout inversé et tout saccagé !

    Selon le Fin' Amor, né en pays d'Oc, les amants courtois vivent le « long désir », une approche infinie où jouent les affinités du cœur et des rêves : ils ont tout le temps puisque l'amour est éternel ! Dans cet art d'aimer - qui n'est pas révolu - il y a toujours trois présences : l'homme, la femme et le mystère de l'amour. Il y va de notre honneur de nous rendre digne de ce mystère, de nous affiner, de nous élever jusqu'à lui.

    Pour ma part, je vais au combat sans relâche pour sauver la beauté et le mystère de l'amour. C'est ma tâche de “guerrière spirituelle” qui consiste à répondre de l'Amour en un monde qui le profane et le crucifie...

     

    Jacqueline Kelen


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :