• Amour

    Amour

     

     

     

    Amour

      

      

      

      

    Amour

     

  •  

    Amour Céleste

    Aujourd'hui, trop de femmes ne cherchent plus l'amour mais un homme dans leur vie.

    Aimer fait peur, c'est une expérience qui envahit tout l'être, le bouleverse, le déborde et le dépouille. Comme le disait Thérèse d'Avila : “L'amour est dur et inflexible comme l'enfer”...

    Ainsi, Marie Madeleine croit absolument et aime absolument. Il n'y a pas ici de demi-mesure. Elle aime Jésus jusqu'au bout, même lorsqu'il est bafoué, trahi, agonisant et défiguré sur la croix. Elle est fidèle à cet amour, follement fidèle. Comme elle, j'ai le sens de l'amour total, donné une fois pour toutes. Si l'amour vient du cœur, s'il est mieux qu'un sentiment, un engouement et un désir physique, il dure par-delà le conflit, la séparation, le trépas. Aimer est une grâce et une gravité.

    Mais prendre le risque de l'amour, ce “beau risque”, comme le disait Socrate à propos du mythe, agrée aux cœurs libres.

    Une femme, tout particulièrement, devrait inviter à cette aventure chevaleresque et à cette passion qu'est l'amour. Quand on considère le code de le Fin Amor (“parfait amour”) des XIIe siècle, quand on lit les poèmes et les romans courtois du XIIe et XIIIe siècles ainsi que les récits mystique des Fidèles d'Amour persans, c'est toujours la Dame - une femme “sage et belle”, autant dire éveillée - qui inspire et oriente chevaliers et troubadours dans leur quête.

    La Dame est la manifestation d'un amour infini, céleste, elle en est aussi la médiatrice.

    Toute femme devrait être consciente de ce rôle souverain.

    De nos jours, on a tendance à oublier que l'amour humain est d'abord une union mystique des âmes et des esprits. Ensuite seulement, et comme de surcroît, l'union des corps peut s'accomplir, tels un cantique et une prière.

    En s'affairant uniquement dans le sexuel, notre époque a tout inversé et tout saccagé !

    Selon le Fin' Amor, né en pays d'Oc, les amants courtois vivent le « long désir », une approche infinie où jouent les affinités du cœur et des rêves : ils ont tout le temps puisque l'amour est éternel ! Dans cet art d'aimer - qui n'est pas révolu - il y a toujours trois présences : l'homme, la femme et le mystère de l'amour. Il y va de notre honneur de nous rendre digne de ce mystère, de nous affiner, de nous élever jusqu'à lui.

    Pour ma part, je vais au combat sans relâche pour sauver la beauté et le mystère de l'amour. C'est ma tâche de “guerrière spirituelle” qui consiste à répondre de l'Amour en un monde qui le profane et le crucifie...

     

    Jacqueline Kelen


    votre commentaire
  • L'amour n'est pas un sentiment à la portée de n'importe qui : il dépend de notre degré de maturité.

    Les gens pensent qu'il est simple d'aimer, mais qu'il est difficile de découvrir le bon objet à aimer ou qui les aimera.

    Toute notre culture se fonde sur un appétit d'achat, sur l'idée d'un échange mutuellement profitable. (...) «Attrayant» signifie d'habitude un joli paquet de qualités qui jouissent de popularité et sont recherchées sur le marché de la personnalité. (...)

    Ainsi deux personnes tombent-elles amoureuses lorsqu'elles ont le sentiment d'avoir découvert le meilleur objet disponible sur le marché, compte-tenu des limitations de leur propre valeur d'échange.

    Dans une culture où prévaut l'orientation commerciale et dans laquelle le succès matériel constitue la valeur éminente, il n'y a guère de quoi s'étonner que les relations amoureuses suivent le même modèle d'échange que celui qui gouverne le marché des affaires et du travail. (...)

    Si deux personnes qui sont étrangères, comme nous le sommes tous, laissent soudainement s'abattre le mur qui les séparait, et se sentent proches, se sentent une, ce moment d'unicité est une des expériences les plus vivifiantes et les plus émouvantes de la vie. Il est d'autant plus merveilleux et miraculeux pour les personnes qui ont vécu séparées, isolées, sans amour.

    Ce miracle de soudaine intimité est souvent facilité s'il s'associe à, ou est suscité par l'attraction et la consommation sexuelle. Cependant, de par sa nature même, ce type damour n'est pas durable. Les deux personnes s'accoutument l'une à l'autre, leur intimité perd de plus en plus son caractère miraculeux, jusqu'à ce que leur antagonisme, leurs déceptions, leur ennui mutuel, tuent ce qui a pu subsister de l'émoi initial. Mais voila, au début elles ne se doutent de rien : elles prennent en effet l'intensité de l'engouement, cet état d'être «fou» l'un de l'autre, pour une preuve de l'intensité de leur amour, alors que cela ne fait que révéler le degré de leur solitude antérieure.

     

    Erich Fromm

     


    votre commentaire
  •   

    Amour Construction

     

    L'amour ne peut pas se réduire à la rencontre, car il est une construction.

    Le point le plus intéressant, au fond, ce n'est pas la question de l'extase des commencements. Il y a bien sûr une extase des commencements, mais un amour, c'est avant tout une construction durable.

    Disons que l'amour est une aventure obstinée. Le côté aventureux est nécessaire, mais ne l'est pas moins l'obstination.

    Laisser tomber au premier obstacle, à la première divergence sérieuse, aux premiers ennuis, n'est qu'une défiguration de l'amour.

    Un amour véritable est celui qui triomphe durablement, parfois durement, des obstacles que l'espace, le monde et le temps lui proposent.

     

    Alain Badiou


    votre commentaire
  •  

    Amour Sublime

     

    Aujourd'hui, on parle et on écrit beaucoup sur le sexe et peu sur l'amour. Certainement parce que ce sentiment ne se laisse pas déchiffrer, rejetant toute tentative de définition. Pour cela, la poésie, champ mythique par excellence, trouve, par la métaphore, la meilleure traduction, celle de la passion, comme si celle-ci était l'amour.

     Selon le psychiatre William Menninger, " L'amour est le sentiment que l'on ressent, lorsque l'on sent que l'on va ressentir un sentiment jamais ressenti. " Avez-vous compris ?... Moi non ! Ce vide conceptuel se doit à la difficulté de la manifestation de solidarité et de fraternité dans le monde d'aujourd'hui. Le développement des centres urbains a crée le " syndrome de la multitude solitaire ". Les personnes sont côte à côte, mais leurs relations ne sont que de contiguïté.
    La passion est exclusive, égoïste, c'est principalement du désir. Pour quelques penseurs, ce sentiment est la tentative de capturer la conscience de l'autre, développant une forme possessive où surgissent la jalousie et le désir de domination intégrale de la personne " aimée ".

     L'amour légitime est une invitation à sortir de soi-même. Si la personne est très centrée sur elle-même, elle ne sera pas capable d'écouter l'appel de l'autre. Cela suppose la préoccupation que l'autre personne croisse et se développe telle qu'elle est , et non comme nous voudrions qu'elle soit. L'amour représente la liberté et non le sentiment psychotique de possession. C'est la loi d'attraction et de toutes les harmonies connues, c'est une force inépuisable qui se rénove sans cesse et enrichit en même temps, celui qui donne et celui qui reçoit.

     

    Nous pouvons aller jusqu'à affirmer que l'amour est quasiment tout ce que nous imaginons qu'il est :

     c'est nous extasier de la présence de l'autre, sans que cette présence soit notre unique raison d'exister ni de rêver ;

     c'est l'envie d'aider l'autre, sans exiger toutefois que l'autre soit ou ne fasse seulement que ce que nous jugeons correct ;

    c'est la beauté sublime des bons sentiments dirigés vers l'autre, sans qu'il n'y ait de limites ou de conditions à ce que nous exprimions de tels sentiments ;

     c'est tenir dans ses bras, le regard serein, la poignée de main, la voix douce et tranquille, les oreilles attentives pour écouter ; tout cela en fonction de l'autre, sans que nous venions lui imposer, ni qu'il ne nous récompense.

    C'est tout cela et plus encore, que ce sentiment puisse être projeté à toutes les personnes, non seulement aux personnes de notre sang, mais aussi aux amis proches et aux compagnons de notre voyage terrestre.

     
    Si nous voulons mieux contempler et traduire ce qu'est l'amour, inspirons-nous du calme des plaines, du ruisseau qui susurre, de la cadence du chant des oiseaux…

     

     

    Extasions-nous devant le tremblement des fleurs multicolores, de leurs simples pétales qui parsèment les arômes dans les jardins, devant les myriades de mondes qui décorent les galaxies dans les jardins du firmament et devant la brillance de l'étoile à l'infini.

    L'amour est présent dans la légère brise qui caresse les branches d'une roseraie et dans les va-et-vient qui agitent les immenses vagues dans les océans ; il est dans le doux chuchotement d'un enfants et aussi dans les gigantesques explosions solaires ; il est dans la force du jeune qui cherche sa place au soleil et dans la sagesse de l'ancien qui se rappelle et se repose : il est dans la grâce d'un papillon et dans l'habileté incontesté des animaux ailés qui font perdurer les forêts.

     

    L'amour et la dynamique de la vie et l'harmonie de la Nature, c'est le remède à tous les maux qui tourmentent l'homme.

     En synthèse, tout ce que nous pouvons idéaliser au sujet de l'amour, peut se concrétiser dans une parcelle de ce sentiment, mais il est beaucoup plus grand et plus expansif, parce que, la bonne volonté, toute la bonté, la tolérance, la joie, la proximité ne pourront être un fragment de l'amour que lorsqu'ils n'auront plus de lien avec l'attachement, avec l'impérieuse nécessité de changement, avec l'égoïsme qui exigent toujours des conditions et des règles.

     
    En vérité, l'amour ne sera véritable et inconditionnel que quand il sera dilaté, par nous tous, à toutes les choses et à tous les êtres qui nous entourent, dans cette admirable expérience humaine qu'est la vie en elle-même.

     

     Sergio Machado

     


    votre commentaire
  •   

    Blessure

     

     

    Une blessure donne souvent l'impression que c'est la fin du monde, mais ce n'est pas vrai. La blessure blesse.

    La mesure dans laquelle vous consentez à être blessé, et je ne parle pas de vouloir être blessé, mais bien d'y consentir, est la mesure dans laquelle vous êtes prêts à aimer, à être aimé, et à apprendre de l'amour.

    L'amour peut être votre enseignant, même si ce qu'il vous enseigne est de ne jamais vous détourner de l'expérience de la souffrance .

    Les autres ne sont pas à l'origine de votre souffrance; La source de votre blessure est le fait que vous aimiez.

     Faites confiance à l'amour.

    Si l'amour doit vous blesser, laissez-le vous blesser, complètement. Laissez-le vous réduire à néant.

    Laissez votre cœur être brisé pour s'ouvrir totalement, afin qu'un amour encore plus profond puisse être révélé.....


    Ce consentement à être vulnérable est le vrai sens de l'expression « guerrier spirituel », car la vulnérabilité requiert plus de courage que le cynisme, la force ou la puissance. Il faut du courage pour être ouvert, innocent, prêt à être blessé.....


    Le consentement à être blessé est crucial, car sans ce consentement on ne peut pas non plus consentir à aimer, à mourir, à vivre ou simplement à être.

     

    Gangagi

      


    votre commentaire
  • Conditions de l'amour

     


     
     Aimer, c’est partager des mots, des regards, des espoirs, des craintes.


     L’Amour n’est jamais contrainte. Il est joie, liberté, force.


     L’Amour est emportement et enthousiasme.


     L’Amour est risque.


     N’aiment et ne sont pas aimés ceux qui veulent épargner, économiser leurs sentiments.


     L’Amour est générosité, l’amour est prodigalité, l’amour est échange.
     Qui donne beaucoup reçoit beaucoup en fin de compte. Car nous possédons ce que nous donnons.


     Aimer ce n’est pas mutiler l’autre, le dominer, mais l’accompagner dans sa course, l’aider.


     Savoir accepter l’autre tel qu’il est. Être joyeux du bonheur qu’il trouve.


     L’aimer dans sa totalité : pour ce qu’il est, laideur et beauté, défauts et qualités.


     Voilà les conditions de l’Amour.


     Car l’Amour est une vertu d’indulgence, de pardon et de respect de l’autre.

     

    Martin Gray


    votre commentaire
  •    

      

      

    En Amour, un plus un font trois : Toi, Moi et Nous, et ce Nous est différent de la somme des parties.

    L'Amour évolue de la passion à la lutte pour le pouvoir quand on se rend compte qu'il y a un crapaud dans le Prince Charmant, quand on se rend compte que la Princesse grafigne et mord. Comment arriver à partager ce pouvoir et à s'engager?

      Si la communication est si difficile dans le couple, c'est qu'on ne sait pas que l'homme et la femme ne parle pas le même langage, même si on utilise les mêmes mots. S'il est si difficile de vivre à deux longtemps, c'est qu'on ne connait pas les priorités de l'autre sexe, qu'on ignore la grille d'analyse et la façon d'être au monde de l'autre. On se projette dans l'Autre, on le croit semblable alors qu'il vit sur une autre planète. On accuse alors l'Autre de ne pas assez aimer ou d'être de mauvaise foi, alors que c'est l'ignorance le vrai coupable. On accuse l'Autre de ne rien comprendre, et ... c'est vrai!

     

     Yvon Dallaire


    votre commentaire
  •  

    Inconditionnellement

     

    Aimez intensément, totalement, et vous ne penserez jamais à créer d'asservissement, de contrat.

    Vous ne penserez jamais à rendre quelqu'un dépendant.
    Si vous aimez, vous ne serez jamais cruel au point de détruire la liberté de  l'autre. Vous l'aiderez, vous élargirez son ciel.

    C'est le seul critère de l'amour : il donne la liberté, et il donne inconditionnellement

    Osho

      


    votre commentaire
  • Les étages de l'amour

     


    Commençons pas la cave. Là où les amants s’attirent physiquement uniquement, là où la rencontre n’est que sexuelle, passes éphémères ou domination du territoire sensuel de l'autre.
    Le sentiment n’y intéresse personne, les valeurs de toute nature y sont mineures. On se situe dans l'univers des chasseurs-cueilleurs qui évoluera, en faiblissant cependant, jusqu'au 4ème ou 5ème étage.

      

    Au rez-de-chaussée, même si votre épouse s'inquiète de votre retard, une maîtresse vous dit « tu m’attires, je crois que je t’aime, faisons l’amour. » Même tableau qu'au sous-sol sauf que là, la femme se croit amoureuse. Elle vous entraîne dans le chantage, les crises de larmes, les week-ends à Venise en cachette.
    C'est le niveau des vies parallèles, de la jalousie et des mensonges, avec une pointe de romance pour vous charmer et vous divertir.

     

    Au 1er, je t’aime sincèrement mais je te manipule pour te convaincre que tu m’aimes aussi. Je te séduis, je fends mes jupes et fais cligner mes cils. Et puis si tu peux quitter ta femme, c’est encore mieux ! De toute façon, je ne vois pas ce que tu lui trouves... Alors vous divorcez pour elle. Avec les bijoux dont vous la couvrez, elle vous tient par vos "bijoux de famille" !

     

    Au second, I love you, oh que oui ! Mais avant de t'entraîner dans ma chambre à coucher,  j’essaie de te connaître, de partager des moments d'amitié avec toi, de savoir si tu aimes aussi le chocolat à la menthe, la voile, les grillades et les chiens. Si tu es déjà marié, c’est fâcheux et je vais réfléchir un peu...

     

    Au 3 ème, elle vous avait déjà remarqué depuis longtemps mais vous aviez une compagne. Elle vient d’apprendre que vous êtes enfin libre.   "Allons dîner veux-tu, j’ai quelque chose à te dire. Et si tu m’aimes aussi, alors engageons-nous ! N’est-ce pas la plus belle des choses",  vous dit-elle au 3ème ?

     

    Au 4ème, on se plaît, chacun se sent libre, épanoui dans son célibat et heureux de l’être. Même lié officiellement à un(e) autre, vous ne cachez rien à cette dernière et elle accepte votre liberté et vos écarts. Le jeu est transparent, honnête et clair pour tout le monde. Sur ce plan, on se croise sur l'oreiller sans attentes, sans masques ni calculs. Nos corps se tendent l’un vers l’autre, nos lèvres tremblent du frémissement des cœurs qui battent comme des tambours, notre passion nous dévore comme un bûcher que seul Dieu a pû allumer. Nous souffrons car vivre à deux est impossible mais cet amour-là est puissant, sensuel et ennivrant. Sur cet étage, nous commençons à nous aimer vraiment. Chacun repart dans sa direction avec de la gratitude et l'envie de voir l'autre capable d'être heureux sans lui ou elle.

     

    Vient ensuite le  5ème la femme vous trouve parce qu’elle vous y a cherché depuis toujours. Elle a cru au grand amour, a renoncé aux étages inférieurs pour mieux se donner à vous, pour préserver son corps et la fraîcheur de ses sentiments, pour se loger dans le creux de votre épaule comme le voilier trouve un port d'attache après de longs mois de traversée en haute mer. Elle reconnaît en vous une âme sœur, un compagnon de route dont elle a besoin pour se rendre meilleure. Alors votre union est la rencontre de deux individualités accomplies qui s’unissent pour s’enrichir mutuellement, pour s’inspirer de l’exemple que vous êtes l’un pour l’autre. Un enfant peut naître de cet équilibre presque parfait mais aussi une fondation à but non lucratif, un projet de bien social, un défi relevé à deux ou l’adoption d’un orphelin. Vous ne vous aimez pas par vos manques mais par vos points forts. C’est la fusion totale de vos corps et de vos esprits complices. Vous vous aimez sans vous envahir, vous vous gardez sans vous posséder. Ici, les femmes ne cherchent plus à se valoriser à travers vous mais l'harmonie de votre couple vous met mutuellement en valeur.

      

    Enfin, vous arrivez sur le toit. Vous savez,  juste au-dessous des étoiles…

     

    Les étages de l'amour

    Les femmes qui s’y promènent sont beaucoup plus rares. D’ailleurs, elles sont très discrètes et peu de monde les voit.

    C’est sur le toit, cher homme, que l’on vous aime absolument. Là, une femme peut vous chérir sans vous toucher, sans vous séduire, sans chercher à vous garder ni à vous changer. C’est sur les toits qu'ont lieu les mariages des âmes. Une femme vous aime pour la patine attendrissante que le temps a laissé sur votre visage ;  pour l’histoire de vos rides et leurs sillons creusés par vos peines, vos combats et vos joies.
    Là, elle vous adore sans condition, d’un appétit non charnel, d’une énergie libérée de sa dimension physique et matérielle, d’une tendresse presque angélique.
    Elle vous aime et vous admire pour le nombre de fois où vous vous êtes relevé après une chute, pour avoir pleuré sans vous cacher, pour n'avoir jamais nié vos valeurs ni votre loyauté à vous-même et aux autres. C'est de l'amour où chacune des lettres de son mot est un vase rempli d'eau.

    Alors à ce niveau-là, Monsieur, quand une amie vous dit « je t’aime», ne cherchez pas à fuir, à lui dire qu’il y a un «malentendu» et que vous ne pouvez pas répondre à ses attentes. Car elle n’a aucune attente. Acceptez simplement d’être aimé sans retour. Pour rien. D’être embrassé non pas de ses lèvres mais par son feu intérieur. C'est une amitié sublimée.

    Hélas, ces sentiments-là vous donnent le vertige et trop souvent préférez-vous redescendre aux étages inférieurs ; là où vous n'êtes pas mis au défi de rester à la hauteur...

     
    Comprenez que plus vous monterez dans l’idéal amoureux, plus vous goûterez aux amours désintéressées. Tout comme cette femme sur le toit, vous vous sentirez souvent seulmais la recherche de l'amour vrai est comme une ascension : plus vous prenez de l'altitude, moins vous croiserez de monde.

     

    Un cher ami m’a fait dernièrement le plus beau des cadeaux en m’écrivant ceci :


    « Je n’ai pas peur de recevoir ton amour ».


    Ma peau n'a jamais touché la sienne. Neuf mots qui ont ouvert une porte de prison en moi. Car à chaque amour refusé, c'est un barreau de plus qui se dresse dans notre vie. C'est un volet qui se ferme. Et cet ami a eu la finesse de comprendre que, dans certains cas, les plus grands sentiments doivent parfois changer de plans pour s’exprimer. Les accepter, c'est laisser circuler une très belle énergie. C'est comme clarifier l'air d'une pièce fermée depuis longtemps.

    C'est admettre qu'au-delà du contact des corps, triomphe l'essentiel.

     

     

     Isabelle Alexandrine Bourgeois

      


    votre commentaire
  •  

    Potentialités

     

    L'amour est la seule façon de saisir un autre être humain dans l'essence même de sa personnalité.

    Il révèle à celui qui aime les caractéristiques essentielles de la personne aimée et même les possibilités qu'elle n'a pas encore réalisées.

    Grâce à l'amour de l'autre, cette même personne prendra conscience de ses potentialités et s'efforcera de les actualiser.

      

    Victor  Frankl

      


    votre commentaire
  • "J’apprends que je dois laisser libre quelqu’un que j’aime, parce que si je m’agrippe, si je m’attache, si j’essaie de contrôler, je perds ce que je tente de garder.

    Si j’essaie de changer quelqu’un que j’aime, parce que je sens que je sais comment cette personne devrait être, je lui vole un droit précieux, le droit d’être responsable de sa propre vie, de ses propres choix, de sa propre façon de vivre.

    Chaque fois que j’impose mon désir ou ma volonté, ou que j’essaie d’exercer un pouvoir sur une autre personne, je la dépossède de la pleine réalisation de sa croissance et de sa maturation. Je la brime et la contrecarre par mon acte de possession, même si mes intentions sont les meilleures.

    Je peux brimer et blesser en agissant avec la plus grande bonté pour protéger quelqu’un.

    Et, une protection et une sollicitude excessives peuvent signifier à une autre personne plus éloquemment que des mots « tu es incapable de t’occuper de toi-même, je dois m’occuper de toi parce que tu m’appartiens. Je suis responsable de toi. »

    Sans attaches

    Au fur et à mesure de mon apprentissage et de ma pratique, je peux dire à quelqu’un que j’aime :
      
     « Je t’aime, je t’estime, je te respecte et j’ai confiance en toi. Tu as en toi ou tu peux développer la force de devenir tout ce qu’il t’est possible de devenir, à condition que je ne me mette pas en travers de ton chemin. Je t’aime, tant que je peux te laisser la liberté de marcher à coté de moi, dans la joie et la tristesse.
    Je partagerai tes larmes, mais je ne les éloignerai pas de toi ; je m’efforcerai d’écouter ce que tu veux dire, avec tes paroles à toi, mais je ne serai pas toujours d’accord avec toi.
    Parfois je serai en colère, et quand je le serai, j’essaierai de te le dire franchement, de façon à ne pas avoir besoin  d’être irritée de nos différences, ni de me brouiller avec toi.
    Je ne peux pas toujours être avec toi ou écouter ce que tu dis, parce qu’il y a des moments où je dois m’écouter moi-même, prendre soin de moi.
    Quand cela arrivera, je serai aussi sincère avec toi que je pourrai l’être. »

    Ruth Sandford

      

      


    votre commentaire
  • « L'amour donne accès à l'infini, à l'immortalité de la vie. Donc, si vraiment vous avez rencontré l'amour, vous pouvez l'utiliser comme technique de méditation.

     

     

    Tantra

    Voici comment faire :

    Dans l'amour, ne gardez pas vos distances.
    Soyez amour et entrez dans l'éternité.
    Lorsque vous faites l'amour à un homme ou une femme, êtes-vous là en tant qu'amant ? Si vous y êtes, vous êtes dans le temps et votre amour est faux, artificiel.
    Si vous êtes encore présent et capable de dire : « Je suis », vous êtes peut-être proche physiquement, mais spirituellement vous êtes aux antipodes l'un de l'autre.

    Pendant l'amour, vous ne devez pas être. Seul l'amour, seul l'acte d'amour doit être. Devenez l'acte d'amour !
    Lorsque vous caressez votre bien-aimé(e) ou votre amant(e), devenez la caresse. Dans le baiser, ne soyez pas celui ou celle qui embrasse ou qui reçoit le baiser, soyez le baiser.
    Oubliez complètement l'ego ; dissolvez-le dans l'acte.
    Entrez dans l'acte de façon si profonde que celui ou celle qui agit disparaît.
    Et si vous ne pouvez entrer dans l'acte d'amour, il vous sera difficile
    d'entrer dans l'acte de manger ou de marcher - très difficile, car l'amour est l'approche la plus simple pour dissoudre l'ego.
    C'est la raison pour laquelle ceux qui sont égoïstes sont incapables d'aimer. Ils peuvent en parler, ils peuvent le chanter, ils peuvent écrire à son sujet, mais ils sont incapables d'amour. L'ego ne peut aimer....

    Devenez l'amour ! Et entrez dans la vie éternelle. L'amour vous fait brusquement changer de dimension. Vous êtes projetés hors du temps et vous faites face à l'éternité.

    L'amour peut se transformer en une profonde méditation, la plus profonde qui soit. Et des amants ont parfois rencontré ce que des saints n'ont pas connu.
    Des amants ont pu toucher ce centre, ce que de nombreux yogis n'ont pas réussi. Mais cela ne restera qu'un pressentiment, à moins de transformer votre amour en méditation.

     
    Tantra signifie ceci : transformer l'amour en méditation. Maintenant vous pouvez comprendre pourquoi le Tantra parle tellement d'amour et de sexe.
    Pourquoi ? Parce que l'amour est la porte naturelle la plus aisée pour transcender ce monde-ci, la dimension horizontale....

    Le sexe ne doit pas rester du sexe- voilà l'enseignement du Tantra -
    il doit être transformé en amour. Et l'amour non plus ne doit pas rester de l'amour. Il doit être transformé en lumière, en expérience méditative, en la dernière et ultime apogée mystique.

     
    Comment transformer l'amour ?


    Soyez l'acte et oubliez celui ou celle qui agit.
    Pendant l'acte d'amour, soyez l'amour, rien qu'amour.
    Ensuite, il ne s'agit plus de votre amour ou de mon amour ou de celui de n'importe qui d'autre. C'est simplement de l'amour.
    Lorsque vous n'êtes plus là, vous êtes alors entre les mains d'un courant, d'une source ultime, et vous êtes dans l'amour.
    Ce n'est pas vous qui êtes dans l'amour ; dans ce cas, l'amour vous  a submergés, vous avez disparu.

     

    Vous n'êtes qu'une énergie qui circule...L'amour c'est passer ensemble
    dans un monde différent. »

     

    Osho

      


    votre commentaire
  •  

    Visualisation

     

     Victor Frankl évoque en ces termes son expérience dans un camp de concentration nazi :

     « Au milieu des châtiments et des humiliations, un prisonnier s’écria :

     « Quelle honte si nos femmes nous voyaient ainsi ! »

    Ce commentaire me fit penser au visage de mon épouse et, en un instant, je fus transporté hors de cet enfer. Je retrouvai la volonté de vivre, me disant que le salut de l’homme lui est donné  par et pour l’amour.

     «  Le gardien donna un ordre, mais je n’obéis pas, parce qu’à ce moment je n’étais pas dans l’enfer. Bien que je n’eusse aucun moyen de savoir si ma femme était vivante ou morte, cela ne changeait rien. Contempler mentalement son image me rendait ma dignité et ma force. Même quand on retire tout à un homme, il a encore le bonheur de se rappeler le visage de la personne qu’il aime, et cela le sauve. »

      

      


    votre commentaire